projet Erasmus + MAREMA (Master Ressources en Eau et Risques Environnementaux dans les Métropoles Africaines)

Résumé du projet

Le projet « Master Ressources en Eau et Risques Environnementaux dans les Métropoles Africaines » (MAREMA) cherche à améliorer la qualité de l’enseignement supérieur pour mieux répondre aux défis techniques et scientifiques liés à la gestion des ressources en eau et aux risques environnementaux dans les grandes villes africaines. MAREMA se base sur des parcours de master existants dans les universités partenaires, qui sont progressivement aménagés pour parvenir à la création d’un parcours commun au Bénin, en Côte d’Ivoire et au Cameroun. Ce parcours est construit à partir de l’analyse des besoins du marché du travail et de la recherche scientifique dans ce domaine. Pour garantir la qualité de cette formation, des approches pédagogiques et scientifiques innovantes sont conçues grâce à l’expertise des universités du programme comme les nouveaux outils scientifiques, la pluridisciplinarité, la pédagogie centrée sur la résolution de problèmes, la formation à la recherche ou encore le développement de MOOC. L’ensemble de ces outils, co-construit avec les équipes pédagogiques des universités partenaires, fait l’objet de temps de formation dédiés. Enfin, le parcours de formation MAREMA est fortement ancré à son environnement socioprofessionnel, grâce aux nombre important de partenaire déjà associés au projet. De plus, le déploiement d’une stratégie visant à garantir la participation des futurs employeurs à la conception de la maquette de formation et à sa mise en œuvre et à son évaluation garantit cet ancrage.

MAREMA renforce les capacités des universités partenaires à collaborer entre elles et à se rapprocher des standards européens de l’enseignement supérieur. Il garantit également un fort taux d’insertion professionnelle pour les diplômés. Le projet renforce les capacités des équipes pédagogiques impliquées et les capacités des pays partenaires à concevoir et mener un développement durable (émergence de pôles d’excellence d’expertise et de recherche dans ce domaine).

Objectifs du projet

L'objectif général du projet est de créer un parcours de master commun aux 5 universités africaines partenaires du projet (Université d’Abomey Calavi, Université Nangui Abrogoua, Institut National Polytechnique Houphouët Boigny, Université Yaoundé I, Université Ngaoundéré) pour mieux répondre aux défis scientifiques et techniques de la gestion des ressources en eau et des risques environnementaux dans les métropoles africaines.

 

 

Trois objectifs spécifiques ont été retenus :

  1. mutualisation d’enseignements existants et création de nouveaux enseignements,
  2. soutien aux approches pédagogiques innovantes, en matière de formation disciplinaire, de formation à la recherche et de formation des formateurs
  3. création d’un réseau de partenaires socioprofessionnels

A travers ces 3 objectifs spécifiques, l’objectif est d’optimiser les interactions entre enseignants , étudiants et futurs employeurs

Adossement à la recherche fort

L’une des originalités de MAREMA repose sur l’ambition de consolider le volet formation d’un réseau de compétences déjà opérationnel sur le plan scientifique dans les pays partenaires et de faire émerger une formation de haut niveau sur les ressources en eau et risques associés. Cet engagement dans la formation se fera en appui sur les programmes et équipes de recherche (comme les LMI (Laboratoire Mixte International) et les observatoires de recherche ) ;

La formation traitera de la question de la gestion des ressources en eau et des risques environnementaux sous l’angle du continuum spatiotemporel milieux urbains – milieux péri urbains – milieux ruraux, afin de prendre en compte de manière intégrée les problématiques de développement que rencontrent les métropoles d’Abidjan, de Cotonou et de Yaoundé. C’est assurément une approche qui conjugue les objectifs de l’IRD, à la fois en termes scientifiques et de contribution aux Objectifs du Développement Durable (ODD 4 accès à une éducation de qualité et ODD 6 accès à l’eau salubre et à l’assainissement).

Enjeux

Architecture du projet en Lots :

Agenda

  • 2016 1 août 2016 Obtention du projet
    octobre Recrutement d’un chef de projet 100% dédié
    16, 17, 18 novembre Réunion de lancement institutionnel du projet 2016 à l’Université de Montpellier en présence de tous les partenaires.
    16 novembre Lots 1 , 5, 6 et 9 initiés
    2017 25 et 26 février 2017 Réunion des coordinateurs ou chef de projet à Bruxelles
    du 30 janvier 2017 au 9 février 2017 Ecole de Terrain pilote : Cameroun, Yaoundé

Secrétariat exécutif

Dr. Valérie Borrell Estupina, Université de Montpellier (Coordinateur scientifique), Maître de conférence

Dr. David Sebag, Université Rouen/IRD/e-Omed expert Formation-Recherche Sud

Dr. Eric Servat, IRD/IM2E, Directeur de Recherche/Directeur IM2E/Directeur OSU OREME

Antoine Bricout, IRD, Chef de Service Renforcement des capacités au sud

Elise Montet, IRD, Chargée de projet Renforcement des capacités au sud

Elodie Ernoult, Université de Montpellier, Chef de projet

Listes des partenaires

France : Université de montpellier (porteur)
France : Institut de Recherche pour le Développement
France : Universite Grenoble Alpes
Belgique : Université Catholique de Louvain
Espagne : Universitat de Barcelona
Cameroun : Université de Yaoundé I
Cameroun : Université de Ngoundéré
Côte d’Ivoire : Institut national Polytechnique Félix Houphouët-Boigny
Côte d’Ivoire : Université Nangui Abrogoua
Bénin : Université Abomey Calavi
Belgique : Agence Universitaire de la Francophonie
France : Swelia (associé)
France : Pole Eau (associé)
Espagne : Amb Area Metropolitana de Barcelona (associé)
France : Wsp France (associé)
France : Lisode (associé)
Royaume Uni : Iahs (associé)
France : e-Omed (associé)

Ecoles de Terrain

Les dispositifs des Ecoles de Terrain Nord-Sud sont intégralement intégrés dans MAREMA .

HYDRARIDE : www.hydraride.fr,

Responsables : Pr Benjamin Ngounou Ngatcha, Univ Ngoundéré et Dr. David Sebag, Univ Rouen

Contact

Secretariat

Elodie Ernoult, Université de Montpellier, Chef de projet